La vie des régiments de la 2° B.B.

Le 501° R.C.C.


Sentinelles

Le 501e RCC déployé dans l’opération Sentinelle depuis le début de l’année 2015


Après les attentats de Paris en janvier dernier, un dispositif de protection de la population sur le 


territoire national a été mis en place. L’opération sentinelle, qui s’inscrit dans la durée, nécessite la 


présence de 7000 militaires sur le territoire national pour sécuriser les sites sensibles. 


Le 501e régiment de chars de combat est, depuis le début d’année, déployé dans ce dispositif 


exceptionnel. Après le déploiement rapide des 3e et 4e escadrons début 2015 dans l’opération 


sentinelle, c’est avec professionnalisme et dévouement que toutes les unités du 501 ont ensuite 


participé à cette opération exigeante.


De retour après six semaines passées dans la région parisienne, les militaires de la 1re Compagnie et 


de l’escadron de commandement et de logistique retrouvent leurs quartiers à Mourmelon mais 


surtout leurs familles. 


Le sergent-chef Alexandre, de la 1re Compagnie, a assuré sa mission en qualité de chef de groupe. En 


cette période estivale, la vigilance des hommes reste accrue quant à la surveillance des sites. Le 


groupe a été déployé sur plusieurs lieux à protéger. « Après avoir reçu les ordres, le chef de groupe  


dirige les missions opérationnelles à partir de postures fixes ou mobiles (il est déployé sur plusieurs 


sites dans la journée). Son groupe est constitué d’un adjoint et de deux trinômes. Le chef de groupe 


effectue également la liaison entre les militaires déployés sur le site et les responsables des lieux », 


nous révèle le sergent-chef Alexandre, qui souligne : « la cordialité, la reconnaissance de la 


population et les excellents échanges avec celle-ci ».

Dans la peau du Maréchal des Logis Jean-Antoine du 501° R.C.C.

Recruté en 2012 en tant que sous-officier direct dans le combat des blindés, le maréchal des logis Jean-Antoine était auparavant ingénieur dans les télécommunications. Après un Master 1 en télécommunications et réseaux, il a travaillé dans une grande Start-up.

« Pour des raisons personnelles d’engagement pour la France et le besoin d’un métier atypique et actif, je me suis engagé en tant que sous-officier dans l’armée de Terre. J’ai voulu rejoindre la mêlée et plus particulièrement la cavalerie car je la considère comme l’arme la plus technique. Si j’ai choisi la catégorie des sous-officiers, c’est parce que je voulais faire mon expérience en tant « qu’intermédiaire » entre le commandement et les militaires du rang, faire la jonction entre l’organe décisionnel et l’organe exécutif », révèle le maréchal des logis Jean-Antoine. Avant d’ajouter, « je tire de cette expérience, beaucoup de rigueur, beaucoup de connaissances de moi-même, on nous apprend à aller toujours plus loin, à être rigoureux parce que notre métier ne peut souffrir d’une imperfection. Et sur le rapport humain, c’est très enrichissant car on rencontre beaucoup de profils différents, des personnes qui viennent de tous les horizons, de tous les milieux, avec un brassage des niveaux d’études ».

Au 501e régiment de chars de combat, les militaires découvrent l’esprit Leclerc, celui de cohésion, de rigueur, de dépassement de soi, d’audace etc.

Etre militaire, c’est être polyvalent car l’institution offre bon nombre de formations de qualité. « Outre le fait d’être spécialiste dans notre domaine de compétence, on est aussi secouriste, technicien, mécanicien etc., autant de domaines divers qui s’offrent à nos connaissances », précise le maréchal des logis Jean-Antoine.

« Je tire de ces expériences professionnelles antérieures et actuelles que le rapport humain est plus prononcé dans l’armée car on passe énormément de temps avec nos camarades. On connait beaucoup plus les aspects personnels de nos collègues-camarades, on est obligé d’en tenir compte dans notre gestion de l’humain pour éviter les problèmes sur un théâtre d’opérations. De plus, nous n’avons pas des horaires de travail précis comme dans le milieu civil, on ne peut parfois pas retrouver notre foyer chaque soir. Dans l’armée, vie professionnelle et privée sont liées ! »

Les familles, avant un départ en opération extérieure d’un membre de la famille, viennent au régiment pour être informées, encadrées et accompagnées et ce jusqu’au retour du proche. Outre les départs en mission, les familles sont conviées aux diverses activités cohésion organisées tout au long de l’année au 501e régiment de chars de combat.